Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/45

Cette page a été validée par deux contributeurs.


porte. Il avait une douzaine d’années et portait un paletot bien chaud et bien propre, de tournure élégante. C’était le camarade Smourov, de la classe préparatoire, c’est-à-dire de deux classes au-dessous de celle de Krasotkine. Son père était un fonctionnaire aisé, et ses parents ne lui permettaient pas de fréquenter Krasotkine en raison de la renommée de grande espièglerie de ce dernier.

Il était évident que Smourov venait en cachette.

— Il y a déjà une heure que je vous attends, Krasotkine, dit Smourov d’un air dégagé.

Les deux gamins se dirigèrent vers la place.

— C’est vrai, je suis en retard, répondit Krasotkine, il y avait des empêchements. Mais est-ce qu’on ne te fouettera pas si on te voit avec moi ?