Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/44

Cette page a été validée par deux contributeurs.



IV


Kolia n’écoutait déjà plus. Enfin il pouvait partir. En passant la porte cochère, il regarda autour de lui en frissonnant et en murmurant : « Il gèle bien » ; puis marcha droit dans la rue et prit à droite par une ruelle qui menait à la place du Marché.

Avant d’arriver à la dernière maison de la place, il s’arrêta, prit un sifflet dans sa poche et siffla tant qu’il put, comme pour donner un signal.

Il n’eut pas plus d’une minute à attendre. Un gamin joufflu sortit de la