Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/43

Cette page a été validée par deux contributeurs.


être rentrée depuis longtemps. Cette femme va vous servir à déjeuner.

— Tu leur donneras quelque chose à manger, Agafia.

— C’est possible.

— Au revoir, mes pigeons. Je m’en vais le cœur tranquille. — Toi, grand’-mère, ajouta-t-il d’un air important en passant devant Agafia, — j’espère que tu ne vas pas leur raconter vos histoires de femme à propos de Katérina, tu épargneras leur cerveau d’enfant. Ici, Pérezvon !

— Va-t’en donc au diable, dit Agafia avec humeur. Qu’il est stupide, cet enfant ; on devrait le fouetter pour des mots pareils.