Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/40

Cette page a été validée par deux contributeurs.


mes pigeons. Il faudra que je reste avec vous, je ne sais combien de temps. Et le temps ! le temps…

— Si vous ordonniez à Pérezvon de faire le mort ? demanda Kostia.

— Que faire ! Il faut bien employer Pérezvon… Ici, Pérezvon !

Et Kolia commanda le chien, qui exécuta tout ce qu’on lui avait appris.

C’était un chien à longs poils, de la taille d’un chien de garde et de couleur gris de fer. Il louchait de l’œil droit et avait l’oreille gauche coupée. Il poussait de petits cris, sautait, marchait sur ses pattes de derrière, se mettait sur le dos, les pattes en l’air et, raidi dans cette posture, faisait le mort.

Pendant qu’il faisait ses exercices, Agafia, la domestique de Mme Krasotkine, une grosse femme grêlée d’une quarantaine d’années, ouvrit la porte et parut sur le seuil. Elle venait du