Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/30

Cette page a été validée par deux contributeurs.


mais il aimait les bambins abandonnés, et leur avait déjà apporté un livre d’images.

La fillette, Nastia, qui était l’aînée, avait huit ans et savait lire, et le petit garçon, Kostia, qui n’avait que sept ans, aimait beaucoup entendre lire sa sœur.

Krasotkine aurait bien pu les amuser d’une manière plus enfantine, c’est-à-dire les aligner comme les soldats ou jouer à cache-cache. Il avait déjà daigné le faire plus d’une fois, et l’on disait à l’école qu’il jouait au cheval avec ses petits locataires, en inclinant la tête de côté, comme un vrai cheval.

Krasotkine se défendait, il est vrai, de cette accusation en faisant valoir qu’en notre « siècle » il serait à la vérité très honteux de jouer au cheval avec des camarades de treize ans, mais qu’il le faisait avec les bambins, parce qu’il