Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/278

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ici, près de celle pierre d’Ilioucha, que jamais nous n’oublierons cette pierre, et que nous nous souviendrons tous les uns des autres. Quoi qu’il arrive dans l’avenir, même si nous restons pendant vingt ans sans nous rencontrer, rappelons-nous toujours comment nous avons enterré ce pauvre enfant, à qui jadis vous avez jeté des pierres, vous vous souvenez, là, près du petit pont, et que tous depuis vous avez aimé. C’était un bon et brave enfant, il comprenait l’honneur et sentit l’offense que supporta son père et qu’il voulait venger. Souvenons-nous donc de lui, messieurs, pendant toute notre vie, et si même nous étions retenus par les affaires les plus graves, que nous arrivions à la gloire ou succombions à l’adversité, n’oublions jamais combien nous nous sommes sentis bons ici, unis ensemble par un tendre et noble senti-