Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/258

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


moi comme vous me le direz. Voici quatre nuits que je ne dors pas en y pensant.

— C’est le laquais qui a tué, et mon frère est innocent, répondit Alexey.

— Moi aussi je l’ai dit ! fit tout à coup Smourov.

— Donc il va mourir, victime innocente ! s’exclama Kolia. Eh bien ! s’il est perdu, il est heureux pourtant, et moi j’envierai son sort.

— Que dites-vous là ? Pourquoi ? demanda Alexey étonné.

— Oh ! si je pouvais aussi me sacrifier un jour pour la vérité ! s’écria Kolia.

— Mais pas dans une semblable affaire, au milieu de tant de honte et de terreur !

— Eh bien, moi aussi ! s’écria parmi les autres un gamin, celui-là même qui avait dit un jour qu’il savait qui avait fondé Troie. Et de même que l’autre