Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/255

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Si je t’oublie, Jérusalem », c’est-à-dire si j’oublie tout ce que j’ai de précieux, si je l’échange contre quoi que ce soit, que je sois frappé…

— C’est assez, j’ai compris. N’oubliez pas de venir. Ici, Pérezvon ! cria-t-il à son chien d’une voix plus dure encore, et il se dirigea chez lui à grands pas.