Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/240

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Quand même tous les autres seraient comme cela ?

— Quand même tous les autres seraient comme cela, vous seul ne le soyez pas. Et à vrai dire, vous n’êtes pas comme les autres. Ainsi, vous n’avez pas eu honte d’avouer maintenant ce que vous croyez être mauvais et ridicule en vous. Qui donc l’avoue aujourd’hui ? Personne. On n’éprouve même pas le besoin de faire son examen de conscience. Ne soyez donc pas comme les autres, même si vous étiez seul à être ainsi.

— C’est parfait. Je ne me suis pas trompé à votre égard. Vous avez le don de consoler. Oh ! comme j’aspirais à vous voir, Chestomazov ! Depuis combien de temps j’avais cherché à vous rencontrer. Avez-vous vraiment pensé aussi à moi ? Vous le disiez tout à l’heure.