Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/238

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cela d’autant plus que j’avais lu cette phrase dans un livre. Je vous jure pourtant que je ne disais pas cela par vanité, mais tout comme cela, sans savoir pourquoi, parce que j’étais joyeux. Je crois que c’était la joie qui me faisait parler ainsi. Et pourtant c’est bien honteux pour un homme de se vanter parce qu’il est joyeux. Je sais bien cela. Heureusement que je sais maintenant en revanche que vous ne me méprisez pas et que ce n’est qu’un effet de mon imagination. Ah ! je suis bien malheureux, Chestomazov. Parfois je m’imagine des je ne sais quoi ; je crois que tout le monde, le monde entier se moque de moi, et alors, alors je suis prêt à bouleverser l’ordre social.

— Et vous faites souffrir vos proches.

— Et je fais souffrir mes proches, ma mère surtout… Dites-moi, Chestomazov, suis-je bien ridicule en ce moment ?