Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/237

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bien, imaginez-vous que je pensais, et même tout à l’heure, que vous me méprisiez ! Si vous saviez seulement combien votre opinion m’est précieuse ?

— Mais êtes-vous donc si soupçonneux que cela !… en vérité, à votre âge ! Imaginez-vous que je pensais justement tout à l’heure en vous regardant, quand vous parliez dans la chambre, que vous deviez être très soupçonneux.

— Vous avez pensé cela ? Quelle perspicacité vous avez ! Vous voyez. Eh bien, je parie que vous l’avez pensé justement quand je racontais l’histoire de l’oie. Je pensais à ce moment-là que vous me méprisiez parce que je me montrais un garçon si grave. J’en ai même eu une sorte de haine contre vous, et je me suis mis alors à dire des bêtises. Ensuite, j’ai pensé, en disant que si Dieu n’existait pas il faudrait l’inventer, que je me hâtais trop d’exhiber mon érudition, et