Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/210

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— « Ce n’est pas moi, c’est lui qui m’a poussé. »

Et il me désignait au juge.

À cela je réponds tout tranquillement que je ne l’ai pas poussé, que j’avais seulement exprimé l’idée et que ce n’était qu’un « projet ».

Le juge ne put s’empêcher de rire, mais après il s’emporta pour avoir ri ainsi.

— « Je vais vous signaler à vos maîtres, me dit-il, pour que vous ne fassiez plus de tels projets à l’avenir, et que vous vous occupiez plutôt de vos livres et de vos leçons. »

Il n’en a pas parlé à mes maîtres ; il disait cela en plaisantant, ce qui n’empêcha pas l’affaire de s’ébruiter et d’arriver jusqu’à leurs oreilles. Elles sont si longues, chez nous.

Ce sont surtout les professeurs classiques qui m’en voulaient. Heureuse-