Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/188

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et il regarda Kolia avec une expression douloureuse. Alexey, qui se trouvait près de la porte, fronça les sourcils et fit signe à la dérobée à Kolia de ne pas parler du chien.

Kolia ne remarquait rien, ou plutôt il ne voulait pas remarquer.

— Mais… où est-elle… Joutchka ? demanda Ilioucha d’une voix faible.

— Eh ! mon frère, ta Joutchka fut !… Elle est perdue, Joutchka.

Ilioucha ne dit pas un mot et regarda encore fixement Kolia.

Alexey saisissant au vol les regards de Kolia tâchait de lui faire comprendre qu’il fallait se taire, mais le gamin ne regardait plus de son côté et feignait de ne pas comprendre.

— Elle s’est enfuie quelque part et s’est perdue ; comment pouvait-il en être autrement après avoir avalé un si bon morceau, poursuivait Kolia sans