Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/180

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Quant à Krasotkine, dont le souvenir faisait tant souffrir le petit malade, tout en souhaitant ardemment sa visite, on n’y songeait même plus.