Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/174

Cette page a été validée par deux contributeurs.



XI


Depuis quinze jours, Ilioucha n’avait pas quitté son lit. Depuis longtemps, depuis le jour où il avait rencontré Chestomazov et lui avait mordu le doigt, il n’était pas retourné à la classe. Ce fut aussi ce jour-là que la maladie le prit.

Pendant un mois, il put encore, il est vrai, marcher dans la chambre et le vestibule, quittant son lit de temps à autre ; mais peu après, il se trouva si faible qu’il ne pouvait faire un pas sans l’aide de son père.