Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/162

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Voilà, vous me persuadez d’accepter cela parce que c’est une « sœur » qui l’envoie. Mais en vous-même, en votre conscience, ne sentiriez-vous pas de mépris pour moi si je l’accepte ?

— Mais non, mais non ; sur tout ce que j’ai de sacré au monde, je vous jure que non ! Personne ne le saura jamais en dehors de nous : moi, vous, elle et encore une dame qui est sa grande amie à elle…

— Que m’importe la dame ! Ecoutez, Alexey Fédorovitch, puisque le moment de vous tout avouer est déjà venu, vous ne pouvez même pas comprendre ce que peuvent être pour moi, en ce moment, ces deux cents roubles, continuait le malheureux en entrant peu à peu dans une sorte d’extase désordonnée.

Le capitaine semblait absolument déconcerté, il parlait avec précipitation