Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/153

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


battu de l’école. Je ne l’ai appris qu’avant-hier, et vous avez raison, je ne l’enverrai plus à l’école.

Quand j’appris qu’il s’était levé seul contre toute la classe et que lui-même l’avait provoquée, que son cœur était à ce point brûlant et exaspéré, j’ai pris peur pour lui.

Nous partîmes encore nous promener ce soir-là.

— Papa, me demanda-t-il, papa, n’est-ce pas que les riches sont les plus forts sur la terre !

— Oui, Ilioucha, il n’y a pas de plus fort sur la terre que le riche.

— Papa, me dit-il encore, je deviendrai riche, je me ferai officier, je vaincrai tout le monde ; le tsar me récompensera ; je reviendrai ici, et alors personne n’osera…

Puis, après un silence, et avec un même tremblement de lèvres :