Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/148

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et en disant ces mots, le capitaine, dans une sorte d’extase, frappait sa main gauche de son poing droit comme pour mieux montrer comment la vérité avait frappé Ilioucha.

— Le même jour, il fut en proie à la fièvre, et il ne m’adressa pas la parole. Je le voyais seulement m’observer et me regarder dans son coin, puis se pencher vers la fenêtre et faire semblant d’étudier sa leçon. Mais je voyais bien, moi, que ce n’était pas sa leçon qu’il avait dans la tête. La nuit, il délira.

Le lendemain j’ai bu un bon coup, et je ne me souviens pas trop de cette journée ; oui, j’ai bu, malheureux pécheur que je suis, par chagrin. La maman se mit à pleurer, — et j’aime bien la maman. — Alors je me suis enivré avec le dernier argent que j’avais. Vous, monsieur, ne me méprisez pas trop. En Rus-