Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/145

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mon Ilioucha ? Je n’ai pas voulu entrer dans ce détail étant dans mon château.

— Oui, fort douloureusement, et il était très irrité. Il s’est vengé sur moi comme sur un Chestomazov, je le comprends maintenant. Mais si vous aviez vu comme ils se jetaient des pierres, lui et ses camarades. C’est très dangereux. Ils pourraient s’entre-tuer. Ce sont des enfants inconsidérés, mais la pierre vole et peut casser la tête.

— Et il en a déjà reçu des pierres. Pas à la tête, mais à la poitrine. Il en a reçu une aujourd’hui un peu au-dessus de l’endroit du cœur. Il y a sur cette place un bleu. Il est rentré en pleurs, gémissant, et voilà qu’il est tombé malade.

— Mais savez-vous que c’est lui qui tombe le premier sur les autres. Il est très irascible. Les gamins m’ont raconté qu’il avait déjà donné un bon coup de