Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/128

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Je comprends tout à présent, répétait-il d’un air songeur. Mais mon frère, Dimitri Fédorovitch, s’est repenti de son action, j’en suis sûr, et s’il pouvait seulement vous revoir chez vous, ou plutôt à l’endroit même de l’offense, il vous demanderait pardon devant tout le monde si vous le désirez.

— C’est-à-dire vous dites qu’il m’a arraché la barbe et que maintenant il n’a qu’à s’excuser pour que tout soit fini et moi satisfait.

— Non, bien au contraire, il fera tout ce que vous voudrez, et comme vous le voudrez.

— De sorte que si je demandais à Son Excellence de se mettre à genoux devant moi, dans ce même tractir qui a nom « la Capitale », au milieu de la place, il s’exécuterait ?

— Oui, il se mettrait à vos genoux.

— Vous me comblez ! vous me com-