Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/125

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— De quelle motchalka parlez-vous ? murmura Alexey.

— C’est pour se plaindre de moi qu’il est venu, papa ! s’écria la petite voix du gamin qu’Alexey avait rencontré.

Cette voix partait de derrière le rideau qui coupait le coin de la chambre.

— C’est moi qui lui ai mordu le doigt.

Le rideau se tira et Alexey aperçut son jeune ennemi, dans le coin, sous les icônes, sur sa couchette arrangée sur le banc et la chaise.

Le gamin avait sur son lit son petit paletot et une vieille couverture ouatée. Il paraissait malade, et ses yeux en feu trahissaient la fièvre. Il regardait Alexey sans crainte cette fois, comme s’il semblait dire : maintenant je suis à la maison et n’ai pas peur que tu me touches.

— De quel doigt mordu s’agit-il ? s’écria le capitaine en quittant sa chaise. C’est à vous qu’il a mordu le doigt ?