Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/120

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— C’est un moine qui vient demander l’aumône pour son couvent. Allons ! il a bien choisi son endroit, dit à haute voix la jeune fille du coin de gauche.

Mais l’homme se retourna à ces mots vers la jeune fille et lui répondit d’une voix où perçait l’émotion :

— Non, Varvara Nikolaïevna, ce n’est pas cela, vous n’y êtes pas.

— Permettez-moi donc à mon tour de vous demander qui vous amène en ces parages ? dit-il en se tournant vers Alexey.

Alexey examina attentivement son interlocuteur, qu’il voyait pour la première fois. Il y avait en cet homme quelque chose de gauche, d’affairé, d’irrité. On voyait qu’il venait de boire, mais il n’était pas ivre. Son visage exprimait une sorte d’effronterie extrême, et aussi, chose étrange, une visible lâcheté.

Il avait l’air d’un homme qui a été