Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/117

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Alexey prenait le loquet pour ouvrir quand il fut frappé par le silence extraordinaire qui régnait de l’autre côté. Il savait, d’après le récit de Katérina Ivanovna, que le capitaine avait une famille. « Ou bien ils dorment tous, ou bien, m’entendant venir, ils attendent que j’entre. Il vaut mieux frapper d’abord. »

Il frappa. Quelques secondes de silence s’écoulèrent ; enfin une voix forte, avec une mauvaise humeur feinte, cria de l’intérieur : « Qui est là ? »

Alexey ouvrit alors la porte et franchit le seuil. Il fut frappé tout d’abord par l’aspect misérable de cet intérieur.

Il y avait sur la table un poêlon avec des restes d’œufs sur le plat ; à côté un morceau de pain où l’on avait mordu, puis un litre contenant un reste bien mince d’eau-de-vie.

Auprès du lit de gauche, sur une chaise, était une femme qui avait l’air