Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Je ne vous connais pas. Me connaissez-vous ? demanda de nouveau Alexey.

— Fichez-moi la paix ! répondit le gamin d’un air irrité, mais sans bouger de place, comme s’il attendait quelque chose, et de nouveau il le regarda en dessous.

— C’est bien, je m’en vais. Seulement je ne vous connais pas et je ne viens pas pour vous irriter. Ils m’ont bien dit le moyen de le faire, mais je ne veux pas m’en servir. Adieu.

— Moine en culottes ! s’écria le gamin sans quitter Alexey de ses yeux méchants et provocants. Et il prit position, en prévision de ce qu’Alexey allait se jeter sur lui. Mais celui-ci se retourna, regarda encore le gamin et s’en alla.

À peine avait-il fait trois pas qu’il sentit une pierre l’atteindre fortement dans le dos.