Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.


propreté. Pourquoi ta chemise est-elle sale ? » « Mais parce qu’elle est trempée de sueur ! » Nous ne pouvons pourtant changer de chemise tous les jours. La propreté ne nous fera pas plus ressusciter que la malpropreté ne nous fera mourir.

Un autre paysan intervint. Maigre, de haute taille, avec des vêtements rapiécés et des sandales de bouleau tout usées, c’était un de ces éternels mécontents qui ont toujours un mot venimeux en réserve. Jusque-là, il était resté caché derrière le dos de ses camarades, écoutant dans un morne silence et grimaçant un sourire amer.

— L’autre jour, dit-il, Foma Fomitch vint sur la place et demanda : « Savez-vous combien de verstes il y a d’ici au soleil ? » Qui le sait ? C’est de la science pour les seigneurs et non pas pour nous ! « Non, vous ne connaissez pas votre intérêt, imbéciles ! vous ne savez rien, tandis que moi, qui suis un astronome, j’ai étudié toutes les planètes créées par Dieu ! »

— Et t’a-t-il dit combien de verstes il y a de la terre au soleil ? fit mon oncle, s’animant tout à coup en me clignant gaiement de l’œil, comme pour me dire : « Tu vas voir quelque chose ! »

— Il a dit qu’il y en avait beaucoup, répondit