Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/60

Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’aient assoiffé de vengeance... Vous comprenez : un noble cœur... la conscience de... et réduit au rôle bouffon !... Alors il se méfie de tout le genre humain c’est-à-dire de tous les hommes... et, il se peut que... si on le réconciliait avec ses semblables... c’est-à-dire avec les hommes, il pourrait devenir remarquable... car cet homme doit avoir en lui quelque chose... Il y a certainement une raison pour que tout le monde s’incline ainsi devant lui...

Je m’empêtrais de plus en plus, chose fort excusable chez un jeune homme, mais M. Bakhtchéiev n’en jugea pas ainsi. Me regardant le blanc des yeux avec une dignité sévère, il rougit, et tel un dindon, me demanda brièvement :

— Alors, Foma est un homme exceptionnel ?

— Oh ! je dis ça ; je n’en suis pas plus sûr que cela ! Ce n’est qu’une supposition.

— Excusez ma curiosité : vous avez sans doute étudié la philosophie ?

— Mais dans quel sens ? demandai-je avec étonnement.

— Dans aucun sens ; répondez-moi tout simplement : avez-vous appris la philosophie ? ou non ?

— J’avoue que j’ai l’intention de l’apprendre ? mais...