Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/380

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Oh ! je suis coupable envers tous ; je suis coupable envers toi !... Malheur à celui qui oserait faire du tort à Tatiana Ivanovna... oh ! alors !... Bon ! Mais il faudrait aussi faire quelque chose pour Mizintchikov.

— Mon oncle, j’ai changé d’opinion sur le compte de Tatiana Ivanovna. Il est impossible de ne pas l’estimer et de ne pas compatir à ses agitations.

— Précisément ! précisément ! reprit mon oncle avec chaleur, on ne peut pas ne pas l’estimer... Un autre exemple de ce cas est Korovkine. Bien sûr que tu te moques de lui ? — et il me regarda timidement. — Tout le monde rit de lui et je sais bien que son attitude n’était guère pardonnable... C’est peut-être un des meilleurs hommes qui existent, mais... la destinée... les malheurs... Tu ne me crois pas et, pourtant, il en peut être ainsi.

— Mais, mon oncle, pourquoi ne vous croirais-je pas ?

Et je me mis à proclamer fougueusement que, les plus nobles sentiments humains peuvent se conserver en tout être déchu, que la profondeur de notre âme est insondable et que l’on n’a pas le droit de mépriser ceux qui sont tombés. Au contraire, il faut les rechercher pour les relever ; la