Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/38

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pendant tout le trajet, je me sentis fort satisfait de moi. C’était en juillet ; le soleil luisait ; devant moi s’étendait l’immensité des champs de blé déjà presque mûr... J’étais resté si longtemps enfermé à Pétersbourg, que je croyais voir le monde pour la première fois.