Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/372

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sommé, rougissant aux larmes et n’osant plus prononcer un mot.

— Mon Dieu ! fit-il enfin, qui eût pu se douter... ? Mais aussi... aussi... cela peut arriver à tout le monde. Foma, je t’assure que c’est un très honnête homme, et très lettré, Foma... tu verras !

— Je vois ! je vois ! répétait Foma en se tordant de rire, très lettré ! tout à fait lettré !

— Et comme il parle sur les chemins de fer ! fit à mi-voix le perfide Éjévikine.

— Foma !... s’écria mon oncle.

Mais un rire général couvrit ses paroles. Foma se tordait et... mon oncle fit tout bonnement comme les autres.

— Eh bien, quoi ! — reprit-il. — Tu es généreux, Foma ; tu as une grande âme ; tu as fait mon bonheur ; tu pardonneras aussi à Korovkine !

Seule, Nastenka ne riait pas. Elle couvait son fiancé d’un regard plein d’amour qui disait clairement :

— Que tu es donc charmant et bon ! et quel noble cœur tu es ! et que je t’aime !