Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/37

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ces dernières paroles me frappèrent, mais, à toutes mes questions sur le point de savoir si mon oncle était réellement amoureux, mon interlocuteur ne put ou ne voulut pas me donner de réponse précise et, d’une façon générale, il me raconta tout cela comme à contrecœur, avec un évident parti pris d’éviter les détails précis.

Cette rencontre me donna beaucoup à penser, car ce que j’apprenais était en contradiction formelle avec la proposition qui m’était faite. Le temps pressant, je résolus de partir pour Stépantchikovo, dans l’intention de réconforter mon oncle et même de le sauver, si possible, c’est-à-dire de faire chasser Foma, d’empêcher cet odieux mariage avec la vieille demoiselle et de rendre le bonheur à cette malheureuse jeune fille en l’épousant. Car le prétendu amour de mon oncle pour elle m’apparaissait comme une misérable invention de Foma.

Comme font les très jeunes gens, je sautai d’une extrémité à l’autre et, chassant toute hésitation, je brûlai de l’ardeur d’opérer des miracles et d’accomplir mille exploits. Il me semblait faire preuve d’une générosité extraordinaire en me sacrifiant noblement au bonheur d’un être aussi charmant qu’innocent et je me souviens que,