Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/338

Cette page a été validée par deux contributeurs.


à moi, dès aujourd’hui je me retire. L’étoile de mon bonheur s’est éteinte. Je quitte Stépantchikovo. Vivez-y tous heureux et tranquilles. Moi, je retourne au régiment pour finir ma triste existence dans les tourmentes de la guerre, sur quelque champ de bataille... C’en est assez ; je pars !

À ce moment, la porte s’ouvrit et Gavrilo apparut, trempé, crotté au-delà du possible.

— Qu’y a-t-il ? D’où viens-tu ? Où est Foma ? s’écria mon oncle en se précipitant vers lui. Tout le monde entoura le vieillard avec une avide curiosité, interrompant à chaque instant son récit larmoyant par toutes sortes d’exclamations.

— Je l’ai laissé près du bois de bouleaux, à une verste et demie d’ici. Effrayé par le coup de tonnerre, le cheval pris de peur s’était jeté dans le fossé.

— Eh bien ? interrogea mon oncle.

— Le chariot versa...

— Eh bien... et Foma ?

— Il tomba dans le fossé...

— Mais va donc, bourreau !

— S’étant fait mal au côté, il se mit à pleurer. Je dételai le cheval et je revins ici vous raconter l’affaire.

— Et Foma, il est resté là-bas ?