Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/335

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ilitch. Il vous faut une fiancée riche, de grande famille, de superbe beauté, avec une belle voix et qui s’avancerait dans votre maison parée de diamants et de plumes d’autruche. Il se pourrait alors que Foma Fomitch fît une concession et qu’il vous bénît. Car vous ferez revenir Foma Fomitch ! Vous avez eu tort de le maltraiter ainsi. C’est l’ardeur excessive de sa vertu qui l’a fait parler de la sorte... Vous serez le premier à dire par la suite que, seule, la vertu le guidait ; vous verrez. Autant le faire revenir tout de suite, puisqu’il faut qu’il revienne...

— Fais-le revenir ! Fais-le revenir ! cria la générale. C’est la vérité qu’il te dit, mon petit.

— Oui, continua Éjévikine, votre mère se désole bien inutilement... Faites-le revenir. Quant à moi et à Nastia, nous allons partir.

— Attends, Evgraf Larionitch ! s’écria mon oncle. Je t’en supplie ! J’ai encore un mot à dire, Evgraf, un seul mot...

Cela dit, il s’écarta, s’assit dans un fauteuil et, baissant la tête, il se couvrit les yeux de ses mains, emporté dans une ardente méditation.

Un épouvantable coup de tonnerre éclata presque au-dessus de la maison qui en fut toute secouée. Hébétées de peur, les femmes poussèrent