Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/325

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ils vous aimeront en retour... Et vous, colonel, soyez bon et compatissant pour eux. Ce sont aussi des êtres humains créés à l’image de Dieu, des enfants qui vous sont confiés par le tsar et par la patrie. Plus le devoir est grand, plus est grand le mérite !

— Foma Fomitch ! mon ami, que veux-tu donc faire ? cria la générale avec désespoir. Elle était prête à tomber en pâmoison, tant son appréhension était violente.

— Je crois qu’en voilà assez ? conclut Foma sans daigner remarquer la générale. Maintenant, passons aux détails ; ce sont de petites choses, mais indispensables, Yégor Ilitch. Le foin de la prairie de Khariline n’est pas encore fauché. Ne vous laissez pas mettre en retard ; faites-le couper et le plus tôt sera le mieux ; c’est là mon premier conseil.

— Mais, Foma...

— Vous projetez d’abattre une partie de la forêt de Zyrianovski, je le sais. Abstenez-vous-en ; c’est mon deuxième conseil. Conservez les forêts ; elles gardent la terre humide... Il est bien dommage que vous ayez fait aussi tard les semences de printemps, beaucoup trop tard !

— Mais, Foma...