Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/322

Cette page a été validée par deux contributeurs.


IV

L’EXIL


— Il me semble, colonel, que vous me demandez ce que cela veut dire ? déclama emphatiquement Foma, certainement ravi de la confusion générale. Votre question m’étonne ! Expliquez-moi donc à votre tour comment vous pouvez me regarder en face ? Expliquez-moi encore ce problème psychologique du manque de pudeur chez certains hommes et je m’en irai alors, enrichi d’une nouvelle connaissance relative à la corruption du genre humain.

Mais mon oncle était incapable de répondre ; anéanti, épouvanté, la bouche ouverte et les yeux écarquillés, il ne pouvait détourner son regard de celui de Foma.

— Mon Dieu ! que d’horreurs ! gémit la demoiselle Pérépélitzina.

— Comprenez-vous, colonel, que vous devez me laisser partir sans autres questions ? Car vrai-