Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/31

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sembliez-vous ? Et voici que j’ai jeté en votre âme cette étincelle du feu céleste qui y brille à présent ! Ai-je jeté en vous une étincelle du feu sacré, oui ou non ? Répondez : l’ai-je jetée, oui ou non ?

Au vrai, Foma Fomitch ne savait pas pourquoi il avait fait cette question. Mais le silence et la gêne de mon oncle l’irritaient. Jadis si patient et si craintif, il s’enflammait maintenant à la moindre contradiction. Le silence de ce brave homme l’outrageait : il lui fallait une réponse.

― Répondez : l’étincelle brûle-t-elle en vous ou non ?

Mon oncle ne savait plus que devenir.

― Permettez-moi de vous faire observer que je vous attends ! insistait le pique-assiette d’un air offensé.

― Mais répondez donc, Yegorouchka ! intervenait la générale en haussant les épaules.

― Je vous demande : l’étincelle brûle-t-elle en vous, oui ou non ? réitérait Forma très indulgent, tout en picorant un bonbon dans la boîte toujours placée devant lui sur l’ordre de la générale.

― Je te jure, Foma, que je n’en sais rien, répondait enfin le malheureux, avec un visage désolé. Il y a sans doute quelque chose de ce genre... Ne me demande rien... Je crains de dire une bêtise...