Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/303

Cette page a été validée par deux contributeurs.


parce que Foma est calme. On ne parle pas plus de notre aventure de ce matin que s’il n’était rien arrivé ; on se tait parce que Foma se tait. De toute la matinée il n’a voulu recevoir qui que ce fût et ne s’est pas dérangé bien que la vieille l’ait fait supplier au nom de tous les saints de venir la voir, parce qu’elle avait à le consulter ; elle a même frappé en personne à sa porte, mais il est resté enfermé, répondant qu’il priait pour l’humanité ou quelque chose d’approchant. Il doit mijoter un mauvais coup ; cela se voit à sa figure. Mais Yégor Ilitch est incapable de lire sur ce visage et il se félicite de la douceur de Foma Fomitch. C’est un véritable enfant... Ilucha a préparé je ne sais quels vers et on m’envoie vous chercher.

— Et Tatiana Ivanovna ?

— Eh bien ?

— Est-ce qu’elle est avec eux ?

— Non ; elle est dans sa chambre, répondit sèchement Mizintchikov. Elle se repose et pleure. Peut-être est-elle honteuse. Je crois que cette... institutrice lui tient compagnie en ce moment... Tiens ! Qu’est-ce donc ? On dirait qu’il s’amasse un orage. Voyez-moi donc ce ciel !

— En effet, répondis-je, je crois bien que c’est l’orage.