Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/292

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de chez vous. Voilà, Monsieur, comment vous l’avez poussée à bout. N’est-il pas vrai, Tatiana Ivanovna ? Alors comment osez-vous faire irruption dans une noble et respectable maison, à la tête d’une bande et faire violence à une digne demoiselle, malgré ses cris et ses larmes ? Je ne le permettrai pas ! Je ne le permettrai pas ! Je ne suis pas folle ! Tatiana restera, parce qu’elle le veut ainsi !... Allons, Tatiana Ivanovna, ne les écoutez pas ; ce sont vos ennemis ; ce ne sont pas vos amis ! N’ayez pas peur ; venez et je vais les mettre sur le champ à la porte !

— Non ! non ! cria Tatiana avec effroi. Je ne veux pas ! Je ne veux pas. Il n’est pas mon mari ! Je ne veux pas épouser votre fils ! Il n’est pas mon mari !

— Vous ne voulez pas ? glapit Anfissa Pétrovna, étouffant de colère. Vous ne voulez pas ? Vous êtes venue jusqu’ici et vous ne voulez pas ? Mais alors, comment avez-vous osé nous tromper ainsi ? Alors, comment avez-vous osé lui promettre votre main et vous sauver de nuit avec lui ? Vous vous êtes jetée à sa tête et vous nous avez engagés dans la dépense et dans les ennuis ! Et il se pourrait qu’à cause de vous mon fils perdît un beau parti ! des dots de plusieurs dizaines