Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/29

Cette page a été validée par deux contributeurs.


paysan envers son seigneur. Après avoir effleuré la théorie de l’électricité et la question de la répartition du travail, auxquelles il ne comprenait rien, après avoir expliqué à son auditoire comment la terre tourne autour du soleil, il en vint, dans l’essor de son éloquence, à parler des ministres. (Pouchkine a raconté l’histoire d’un père persuadant à son fils âgé de quatre ans que « son petit père était si courageux que le tsar lui-même l’aimait »... Ce petit père avait besoin d’un auditeur de quatre ans ; c’était un Foma Fomitch.)... Les paysans l’écoutaient avec vénération.

— Dis donc, mon petit père, combien avais-tu d’appointements ? lui demanda soudain Arkhip Korotkï, un vieillard aux cheveux tout blancs, dans une intention évidemment flatteuse. Mais la question sembla par trop familière à Foma, qui ne pouvait supporter la familiarité.

— Qu’est-ce que cela peut te faire, imbécile ? répondit-il en regardant le malheureux paysan avec mépris. Qu’est-ce qui te prend d’attirer mon attention sur ta gueule ? Est-ce pour me faire cracher dessus ?

C’était le ton qu’adoptait généralement Foma dans ses conversations avec « l’intelligent paysan russe ».

— Notre père, fit un autre, nous sommes de