Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/278

Cette page a été validée par deux contributeurs.


contrefaire quelqu’un. — « Elle a eu des malheurs ! » Mais elle nous a tourné les talons, la pauvre malheureuse. Allez donc courir après elle sur les grandes routes, dès l’aube, en tirant la langue ! On n’a pas seulement eu le temps de dire convenablement ses prières à l’occasion de la belle fête ! Fi donc !

— Cependant, remarquai-je, ce n’est pas une enfant, elle n’est plus en tutelle. On ne peut la faire revenir si elle ne le veut pas. Alors, comment ferons-nous ?

— Tu as raison, dit mon oncle, mais elle consentira, je te l’assure. Elle se laisse faire en ce moment... mais, aussitôt qu’elle nous aura vus, elle reviendra, je t’en réponds. Mon ami, c’est notre devoir de ne pas l’abandonner, de ne pas la sacrifier.

— Elle n’est plus en tutelle ! s’écria Bakhtchéiev en se tournant vers moi. C’est une sotte, mon petit père, une sotte accomplie et il importe peu qu’elle ne soit pas en tutelle. Hier, je ne voulais même pas t’en parler, mais, dernièrement, m’étant trompé de porte, j’entrai dans sa chambre par mégarde. Eh bien, debout devant sa glace et les poings sur les hanches, elle dansait l’écossaise ! Elle était mise à ravir, comme une