Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/273

Cette page a été validée par deux contributeurs.



— On le dit. Je cherche mon oncle. Nous allons nous mettre à sa poursuite.

— Oh ! ramenez-la ! ramenez-la bien vite ! Si vous ne la rattrapez pas, elle est perdue !

— Mais où donc est mon oncle ?

— Il doit être là-bas, près des écuries où l’on attelle les chevaux à la calèche. Je l’attendais ici. Écoutez : dites-lui de ma part que je tiens absolument à partir aujourd’hui ; j’y suis résolue. Mon père m’emmènera. S’il est possible, je pars à l’instant. Maintenant, tout est perdu ; tout est mort !

Ce disant, elle me regardait, éperdue, et, tout à coup, elle fondit en larmes. Je crus qu’elle allait avoir une attaque de nerfs.

— Calmez-vous ! suppliai-je. Tout ira pour le mieux. Vous verrez... Mais qu’avez-vous donc, Nastassia Evgrafovna ?

— Je... je ne sais... ce que j’ai..., dit-elle en me pressant inconsciemment les mains. Dites-lui...

Mais il se fit un bruit derrière la porte ; elle abandonna mes mains et, tout apeurée, elle s’enfuit par l’escalier sans terminer sa phrase.

Je retrouvai toute la bande : mon oncle, Bakhtchéiev et Mizintchikov, dans la cour des communs, près des écuries. On avait attelé des chevaux frais