Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/257

Cette page a été validée par deux contributeurs.


XII

la catastrophe


Je restai seul. Ma situation était intolérable : mon oncle prétendait me marier à toute force avec une femme qui ne voulait pas de moi ! Ma tête se perdait dans un tumulte de pensées. Je ne cessais de songer à ce que m’avait dit Mizintchikov. Il fallait à tout prix sauver mon oncle. J’avais même envie d’aller trouver Mizintchikov pour tout lui dire.

Mais où donc était allé mon oncle ? Parti dans l’intention de se mettre à la recherche de Nastassia, il s’était dirigé vers le jardin !... L’idée d’un rendez-vous clandestin s’empara de moi, me causant un désagréable serrement de cœur. Je me rappelai l’allusion de Mizintchikov à la possibilité d’une liaison secrète... Mais, après un instant de réflexion, j’écartai cette pensée avec indignation. Mon oncle était incapable d’un mensonge ; c’était évident...