Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/256

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Cela vaut encore mieux que de continuelles disputes et, je te le dirai franchement, mon cher Serge, j’en suis même bien aise. Ma résolution est prise ; c’est une affaire entendue et un embarras de moins... et je suis plus tranquille. Vois-tu, quand je suis venu te trouver ici, j’étais tout à fait calme, mais voilà bien ma chance ! À cette combinaison, je gagnais que Nastassia restât avec nous ; c’est à cette seule condition que j’avais consenti et voici qu’elle veut s’enfuir ! Mais cela ne sera pas ! — Il frappa du pied et ajouta d’un air résolu : — Écoute, Serge, attends-moi ici ; ne t’éloigne pas ; je reviens à l’instant.

— Où allez-vous, mon oncle ?

— Je vais peut-être la voir, Serge ; tout s’arrangera ; crois-moi : tout s’expliquera et... et... tu l’épouseras ; je t’en donne ma parole.

Il sortit et descendit dans le jardin. De la fenêtre, je le suivis des yeux.