Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/251

Cette page a été validée par deux contributeurs.


c’est elle qui les nourrit... Je pourrais lui trouver une place de gouvernante dans une famille honnête et distinguée, avec ma recommandation ? Mais où les prendre, les vraies familles honnêtes et distinguées ? C’est dangereux ; à qui se fier ? De plus la jeunesse est toujours susceptible. Elle se figure aisément qu’on veut lui faire payer le pain qu’elle mange par des humiliations. Elle est fière ; on l’offensera, et alors ? Et, avec cela, pour peu qu’une canaille de séducteur se rencontre, qui jette les yeux sur elle... Je sais bien qu’elle lui crachera au visage, mais il ne l’en aura pas moins offensée, le misérable ! et la voilà soupçonnée, déshonorée ? et alors ? Mon Dieu ! la tête m’en tourne !

— Mon oncle, lui dis-je avec solennité, j’ai à vous adresser une question ; ne vous en fâchez pas. Comprenez qu’elle peut résoudre bien des difficultés ; je suis même en droit d’exiger de vous une réponse catégorique.

— Quoi ? Fais ta question.

— Dites-le moi franchement, sincèrement : ne vous sentez-vous pas amoureux de Nastassia Evgrafovna et ne désirez-vous pas l’épouser ? N’oubliez pas que c’est là le seul motif des persécutions qu’elle subit ici.