Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/234

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pas que j’entendais la voix de mon oncle. Il gravissait le perron du pavillon en compagnie de quelqu’un et causait avec animation. Son interlocuteur n’était autre que Vidopliassov.