Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/221

Cette page a été validée par deux contributeurs.


venez que tout cela est parfaitement raisonnable, d’autant plus que je le fais surtout pour ma sœur.

— Mais, alors, permettez : vous avez l’intention de demander officiellement la main de Tatiana Ivanovna ?

— Dieu m’en garde ! Je serais aussitôt chassé d’ici et elle-même s’y refuserait. Mais, si je lui propose de l’enlever, elle consentira. Pour elle, le principal, c’est le romanesque, l’imprévu. Naturellement, cet enlèvement aboutira à un mariage. Le tout est que je réussisse à la faire sortir d’ici.

— Mais qu’est-ce qui vous garantit qu’elle voudra bien s’enfuir avec vous ?

— Oh ! ça, j’en suis certain. Tatiana Ivanovna est prête à une intrigue avec le premier venu qui aura l’idée de lui offrir son amour. Voilà pourquoi je vous ai demandé votre parole d’honneur que vous ne profiteriez point du renseignement. Vous comprendrez que ce serait péché de ma part de laisser passer une pareille occasion, étant données, surtout, ces conjonctures où je me trouve.

— Alors, elle est tout à fait folle !... Ah ! pardon ! fis-je, en me reprenant, j’oubliais que vous aviez des vues sur elle...