Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/216

Cette page a été validée par deux contributeurs.



— Leur idée n’est pas déraisonnable. Ils prétendent qu’il doit faire quelque chose pour le bien de la famille.

— Comme s’il n’en avait pas déjà assez fait ! m’écriai-je avec indignation. Et vous pouvez trouver raisonnable cette résolution d’épouser une pareille toquée ?

— Certes, je suis d’accord avec vous que ce n’est qu’une toquée. Hum ! C’est très bien à vous d’aimer ainsi votre oncle et je compatis à vos inquiétudes... Cependant, il faut considérer qu’avec l’argent de cette demoiselle, on pourrait grandement étendre la propriété. D’ailleurs, ils ont d’autres raisons encore : ils craignent que Yégor Ilitch se marie avec l’institutrice... vous savez, cette jeune fille si intéressante ?

— Est-ce probable, à votre sens ? lui demandai-je, très ému. Ça me fait l’effet d’une calomnie. Expliquez-moi ce point, au nom de Dieu : cela m’intéresse infiniment.

— Oh ! il en est amoureux ; seulement, il le cache.

— Il le cache ! Vous croyez qu’il le cache ? Et elle, est-ce qu’elle l’aime ?

— Ça se pourrait. Du reste, elle a tout avantage à l’épouser ; elle est si pauvre !