Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/214

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pauvre oncle toujours prêt à faire du bien à tous et à chacun !

— Vous avez raison ; il est le bienfaiteur d’une quantité de gens ; mais je trouve complètement inutile de le défendre ; ça ne sert à rien ; c’est humiliant pour lui, et puis je serais chassé dès le lendemain d’une pareille manifestation. Je dois vous dire franchement que je me trouve dans une situation telle qu’il me faut ménager cette hospitalité.

— Je ne saurais vous reprocher votre franchise... Mais il y a certaines choses que je voudrais vous demander, car, vous demeurez ici depuis un mois déjà...

— Tout ce que vous voudrez ; entièrement à votre service, répondit Mizintchikov avec empressement, et il approcha une chaise.

— Expliquez-moi comment il se peut que Foma Fomitch ait refusé une somme de quinze mille roubles qu’il tenait déjà dans les mains : je l’ai vu de mes propres yeux.

— Comment ? Est-ce possible ? s’écria mon interlocuteur. Racontez-moi ça, je vous prie.

Je lui fis le récit de la scène, en omettant l’incident « Votre Excellence ». Il écoutait avec une avide curiosité et changea même de visage quand