Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/180

Cette page a été validée par deux contributeurs.


prenez-vous pas de quoi il s’agit ?... Vous entendez ces cris ?

— Mais... c’est Foma Fomitch...

— Certes oui, c’est Foma Fomitch ; mais, en ce moment, il s’agit de moi. Ils disent la même folie que vous, ils le croient aussi amoureux de moi... Comme je suis pauvre et sans force, comme il n’en coûte rien de me calomnier et qu’ils veulent le marier avec une autre, ils exigent qu’il me chasse, qu’il me renvoie dans ma famille. Mais lui, lorsqu’on lui parle de cela, il se met en colère et il serait prêt à mettre en pièces Foma Fomitch lui-même... Voilà pourquoi ils sont en train de crier.

— Alors, c’est donc vrai ? Il va épouser cette Tatiana ?

— Quelle Tatiana ?

— Cette sotte !

— Ce n’est pas du tout une sotte ! Elle est très bonne et vous n’avez pas le droit de parler ainsi. C’est un noble cœur, plus généreux que beaucoup d’autres. Es-ce sa faute si elle est malheureuse ?

— Excusez-moi. Admettons que vous ayez raison. Mais ne vous trompez-vous pas sur le fond même de l’affaire ? Comment se fait-il qu’ils soient aussi bienveillants à l’égard de votre père ?