Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/171

Cette page a été validée par deux contributeurs.



— Le savant ! hurla Foma, c’est lui le savant ? Liberté ! égalité ! fraternité ! Journal des débats ! À d’autres, mon cher ; ce n’est pas ici Pétersbourg ; tu ne me la feras pas ! Je me moque de tes Débats. Ce sont des Débats pour toi, mais pour nous, ce n’est rien ! Mais j’en ai oublié sept fois autant que tu en sais ! Voilà le savant que tu es.

Je crois bien que, si on ne l’eût retenu, il se fût jeté sur moi.

— Mais il est ivre ! fis-je en jetant autour de moi un regard étonné.

— Qui ? Moi ? cria Foma d’une voix altérée.

— Oui, vous !

— Ivre ?

— Ivre !

Foma ne put le supporter. Il poussa un cri strident, comme si on l’eût égorgé et bondit hors de la pièce. La générale allait tomber en syncope quand elle prit le parti de courir après lui. Tout le monde la suivit, y compris mon oncle. Quand je repris mes esprits, il ne restait dans la pièce qu’Éjévikine qui souriait en se frottant les mains.

— Vous m’avez promis de me raconter une histoire de Jésuite, me dit-il d’une voix doucereuse.