Page:Dostoïevski - Carnet d’un inconnu 1906.djvu/16

Cette page a été validée par deux contributeurs.


début de l’influence despotique prise depuis par Foma sur mon pauvre oncle. Il avait compris à quel homme il avait affaire et que son rôle de bouffon était fini, qu’il allait pouvoir devenir à l’occasion un gentilhomme et il prenait une sérieuse revanche.

— Pensez à ce que vous ressentirez, disait-il, si votre propre mère, appuyant sur un bâton sa main tremblante et desséchée par la faim, s’en allait demander l’aumône ! Quelle chose monstrueuse, si l’on considère et sa situation de générale et ses vertus. Et quelle émotion n’éprouveriez-vous pas le jour où (par erreur, naturellement, mais cela peut arriver) où elle viendrait tendre la main à votre porte pendant que vous, son fils, seriez baigné dans l’opulence ! Ce serait terrible, terrible ! Mais ce qui est encore plus terrible, colonel, permettez-moi de vous le dire, c’est de vous voir rester ainsi devant moi plus insensible qu’une solive, la bouche bée, les yeux clignotants... C’est véritablement indécent, alors que vous devriez vous arracher les cheveux et répandre un déluge de larmes...

Dans l’excès de son zèle, Foma avait même été un peu loin, mais c’était l’habituel aboutissement de son éloquence. Comme on le pense bien, la